Metz, passage à l’Est !

« Le spectacle vivant a besoin de vivant », proclame Charles Tordjman, le metteur en scène, fondateur et directeur du festival « Passages ». À la veille de sa seizième édition qui se tiendra à Metz, du 4 au 18 mai 2013.

Une évidence, presque une banalité dans son énoncé, hormis le fait qu’elle met l’accent sur l’essentiel : permettre au spectateur de partager d’authentiques émotions entre public et acteurs, œuvrer à la rencontre en profondeur entre l’œuvre et son auditeur ! Entre théâtres de toile et de bois installés sur la grande place de la ville et consacrés aux « théâtres à l’Est de l’Europe et ailleurs », résonneront des accents nouveaux : russe, télougou, indi, slovène, norvégien et même hébreu en réponse à une même interrogation partagée, « y a-t-il toujours trop d’étrangers dans le monde ? »…Outre le toujours dérangeant  Matthias Langhoff qui renouvèle une fois de plus son approche d’ « Œdipe Tyran » de Sophocle, sous le double éclairage d’Hölderlin et d’Heine Müller, et confie l’œuvre aux comédiens du Théâtre de la jeunesse de Saratov, la ville russe sise sur la Volga, il ne fallait pas manquer non plus le théâtre-vérité de la troupe slovène du théâtre Mladinsko de Ljubljana !

« Maudit soit le traître à sa patrie ! », par le Théâtre Mladinsko, dans une mise en scène d’Oliver Frljic

Entre fanfare et musique de guerre, dialogues de potaches et affrontements mortifères, les « morts-vivants » n’en finissent plus d’entonner l’hymne national de l’ex-Yougoslavie et d’envelopper les cadavres dans un linceul aux couleurs patriotiques. De s’interpeller entre eux :  « au fait, toi, tu es Slovène ou Croate ? » Et de l’exécuter d’une balle en pleine tête, avant que le même ne revienne en faire autant à son partenaire puisque « Ta mère, elle, ne serait-elle pas un peu Slovène ? »… Et d’interpeller le public sur le même mode provocateur, de manière radicale et frontale : « et votre responsabilité à vous, public, citoyens français, durant la guerre civile ? ». Du théâtre « coup de poing », criant de vérité et de sincérité où des acteurs-citoyens semblent jouer leur peau sur le plateau à chaque représentation !

Plus sereine, mais pas moins surprenante, la prestation du Théâtre Surabhi présent à Metz avec trois spectacles (Maya Bazaar, Bhakta Prahalada et Sri Krishna Leelalu), deux d’entre eux en tournée ensuite au « Centquatre » parisien… Une troupe familiale, en provenance du sud de l’Inde, qui joue, parle et chante en télougou, une langue minoritaire, pour redonner souffle et vie aux contes et légendes traditionnelles. Pour tout décor, des toiles peintes aux couleurs flamboyantes et mouvantes au fil des scènes, des comédiens aux maquillages raffinés et aux costumes chatoyants. Du théâtre d’une extrême simplicité figurative mêlé à une complexité narrative pour le public européen ignorant de la saga des dieux indiens et des codes religieux indous … Comme dans le théâtre antique, s’affrontent ici en permanence les dieux, les hommes et les hommes-dieux aux multiples pouvoirs : le roi des démons Gatothkacha ou Hiranyakashyapa, les dieux Krishna, Brahma et Vishnou… La lutte est féroce entre les puissances humaines et les pouvoirs occultes, il n’empêche, le bien finit toujours par triompher ! Entre musique envoûtante et chants psalmodiés où se révèle toute la beauté de la langue télougou, un opéra théâtral haut en couleurs et vraiment à découvrir tel un « trésor national » ancré dans la modernité, alors qu’il plonge ses racines au cœur d’une tradition sauvegardée.

Un festival qui mêle les genres (théâtre, chant, musique, cinéma, expos), avec divers temps forts à retenir : les débats consacrés à la Russie et à l’Inde, les « brèves » de Jean de Pange sur les « étrangers » de Metz, la chanson rebelle de Giovanna Marini. Yonnel Liégeois

« Passages », du 4 au 18/05 (10 rue des trinitaires, 57000 Metz). Jusqu’au 25/05, « Maya Bazaar » et « Sri Krishna Leelalu » par le Théâtre Surabhi au Centquatre.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Festivals, Rideau rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s