« Le Papotin », sans langue de bois

« Le Papotin »  est le fruit d’une aventure peu banale, initiée par l’éducateur Driss El Kesri. Un journal qui donne la parole à de jeunes autistes d’Île de France, nous offrant ainsi une infinie palette d’émotions et de réflexions.

 

 

Capture d’écran 2013-07-16 à 15.10.32Qu’est-ce donc que « Le Papotin » ? Avant tout un journal atypique, dont l’aventure a débuté à l’hôpital de jour d’Antony… Il fédère aujourd’hui des jeunes d’une quinzaine d’établissements de la région parisienne : plus de vingt-quatre ans déjà que la conférence de rédaction hebdomadaire les réunit, Driss El Kesri en est le rédacteur en chef, pour mener à bien l’accouchement dans la gaité de leur journal ! Assister au comité de rédaction permet de découvrir que cette petite entreprise de concertation ne connait pas la langue de bois… Au contraire, la leur est verte, les questions décomplexées, les interventions déconcertantes de naïveté et parfois percutantes de vérité : une fraîcheur oubliée ou censurée par nos esprits trop formatés.

Chacun  a ses thèmes de prédilection, ses obsessions, ses interrogations récurrentes qui, au final, composent un patchwork brut de décoffrage, poétique et drôle. Et d’y découvrir Arnaud, présenté affectueusement par Driss comme le « Premier Papotin ». C’est ensemble qu’ils ont conçu le journal à ses débuts : un personnage attachant, très calme et réservé, gérant avec une extrême courtoisie ses questions sur l’âge, le tutoiement ou la permission éventuelle de « renifler les doigts de pied » d’une fille… Assis à proximité Thomas, un beau  brun rieur d’une vingtaine d’années serre très fort Diane, sa chérie. Les prises de parole se succèdent, les sentences fusent. « Les femmes sont moins fortes que les hommes ! », une réponse immédiate s’élève, « Ah ! vous ne connaissez pas ma mère ! »  Éclat de rire général, qui n’atteint pas Esther, une jeune femme brune au regard noir et inquiet : c’est la portraitiste du groupe.

Les Rencontres du PapotinTrès vite, la conférence de rédaction en vient à débattre du sujet à mettre à la « Une » du prochain numéro, ainsi que de l’interview du lendemain. La première personnalité à s’être volontairement soumise à cette expérience fut Marc Lavoine, compagnon de route depuis le début et co-auteur avec Driss El Kesri de l’ouvrage « Toi et  moi  on s’appelle par nos prénoms – le Papotin, livre atypique ». Depuis, nombreux sont celles et ceux qui ont accepté de se prêter au jeu de cette interview corrosive, sans filet : Jacques Chirac, Barbara, Philippe Starck, Renaud, Ségolène Royal, etc… Prochainement, c’est Frédéric Mitterrand qu’ils doivent rencontrer, l’excitation est à son comble. Pour Arnaud, une  question cruciale : « Driss, tu crois que je pourrai le tutoyer ? « Sans doute, il faudra lui demander ». Nicolas l’annonce, « je mettrai un costume », et Johan, comme à son habitude, prépare un discours politique blindé de chiffres et de détails.

51aEnGs1YNL._Dans la salle, un groupe de jeunes élèves du Lycée expérimental de Saint-Nazaire n’en perd pas une miette… Il est plaisant d’imaginer que, peut-être, au retour d’une telle expérience, ils deviendront des adultes plus tolérants et plus ouverts dans le quotidien de leur vie ! La réunion s’achève, le groupe se disperse, d’aucuns avec en main le portrait réalisé par Esther. Une évidence s’impose : ces jeunes autistes communiquent sans faux semblants ni tabous, s’écoutant mutuellement et se respectant. En fait, bien souvent tout le contraire de notre façon de faire à nous, les prétendus « normaux », qui sommes pourtant censés ne pas avoir de problèmes de communication…

Les « Papotins », vous dis-je ? Formidables, ils sont formidables ! Chantal Langeard

 

Projection du film « Les rencontres du Papotin », le 25/11 à 19 h. Comité de rédaction du « Papotin », les 27/11 et 18/12 à 10h30 à La Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 PARIS (Entrée libre, réservation conseillée au 01.47.00.25.20).

Publicités

1 commentaire

Classé dans Entretiens, rencontres, Passage en revues

Une réponse à “« Le Papotin », sans langue de bois

  1. Cet article est très intéressant. Dommage d’en avoir pris connaissance après la date de projection du film « Les rencontres du Papotin » car l’article incitait à s’y rendre.
    Jérôme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s