Le Bénin, à la croisée des chemins

Le 6 mars, se déroule au Bénin le premier tour de l’élection présidentielle. 33 candidats briguent les suffrages de la population. Seuls cinq d’entre eux peuvent prétendre accéder au second tour, tous banquiers ou hommes d’affaires, anciennes figures de la vie politique béninoise ou d’instances internationales. Un pays, l’un des plus petits et des plus pauvres d’Afrique, à un tournant de son histoire.

 

 

Au revoir Cotonou, sa lagune, ses taxi-motos par milliers viciant l’air marin… A la veille des obsèques nationales de Mathieu Kérékou, l’ancien chef d’état béninois, retour en France dont l’ex Dahomey fut colonie jusqu’en carte1960. En ces jours de décembre 2015, la perspective de la future élection présidentielle échauffe déjà tous les esprits, attise convoitises et rancœurs, secrète alliances et complots, nourrit espoirs et promesses de tous les roitelets en puissance. Le seul vainqueur pour l’heure, avant l’échéance du premier tour de scrutin reporté au 6 mars ? L’argent, le franc CFA, qui coule à flots dans tous les meetings politiques, de la capitale Porto-Novo aux villages les plus reculés du Nord-Ouest, qui fait et défait les partis politiques à l’idéologie variable selon le type d’élections… « Inch’Allah », professent les électeurs de confession musulmane, « Que Dieu nous bénisse, alléluia », chantent cathos et évangélistes tandis que la majorité de la population, animiste, s’en va consulter le prêtre vaudou ! Les uns les autres, demain à n’en pas douter, vaqueront au quotidien précaire d’une économie informelle et continueront à vivre pour la majorité avec à peine 40 euros mensuels.

Le Bénin, état corrompu ? Pas plus que nos démocraties occidentales, loin s’en faut, inutile d’alimenter les clichés sur les potentats africains qui n’ont rien à envier à nos dynasties politiciennes, culture et histoire singulières invitent à plus de modestie quand il s’agit de porter notre regard sur ces pays classés sous le label « Françafrique »… Le « Yovo », le surnom par lequel l’autochtone interpelle avec humour le « blanc » dans la rue ou à l’échoppe de quartier, a laissé ses traces. Ses marques surtout, jusqu’à aujourd’hui : le candidat franco-béninois Lionel Zinsou, puissant banquier d’affaires et Premier ministre du président sortant Boni Yayi, n’est-il pas accusé d’être parachuté par le gouvernement français ? Vincent Bolloré, patron du port de Cotonou et partisan d’une ligne de chemin de fer transafricaine, n’est-il pas le premier pilier de la fragile économie béninoise ? Des affirmations qui invitent à la réflexion…
Contrairement à ce que prétend et osa déclarer publiquement un ancien président français à propos du continent DSC01388africain, le Bénin est fort d’une longue et riche histoire. Du sud au Nord du pays, se dressent encore les palais des anciens rois du Dahomey et de leurs vassaux. De nos jours, Béhanzin, le roi d’Abomey, demeure l’une des grandes figures respectées de l’histoire du pays : n’est-ce pas sa dynastie, et lui, qui fit de son royaume l’un des plus puissants de l’Afrique de l’Ouest ? Culture de tradition orale, architecture et sculpture : griots et colporteurs d’histoire, artisans et artistes béninois du plus lointain passé ont façonné le territoire de leur génie couleur ocre, ils n’ont aucunement à rougir de leur talent face à leurs homologues muséifiés d’outre-Atlantique…

Brassage de populations, multitude d’ethnies et de langues, diversité de religions : contrairement aux apparences, le Bénin, riche de ses quelques onze millions d’habitants, est un pays métissé où seul le développement contrasté entre le Nord désargenté et le Sud à la prospérité plus affirmée peut engendrer clivages et tensions. L’ancien royaume du Dahomey, aux frontières délimitées à l’est par les puissants Niger et Nigeria et à l’ouest par les turbulents Burkina Faso et Togo, jouit en tout cas d’une stabilité politique rare sur le continent. Qui dénote dans un paysage économique aux teintes plutôt sombres, faute de richesses naturelles telles que le pétrole… A l’image d’autres pays africains, la Chine et ses émissaires aux yeux bridés sillonnent la capitale et les campagnes, offrent capitaux et avenir au soleil radieux contre terres cultivables et licences industrielles.
La libéralisation à marche forcée aux lendemains du long intermède « marxiste-léniniste » du feu président Kérékou, ici comme ailleurs, produit ses effets mortifères : baisse des cours mondiaux du coton qui assure plus DSC_0071de 75% des recettes à l’exportation et les revenus de près de 60% de la population, faiblesse d’exportation de la noix de cajou et de la pêche artisanale à la crevette… 75% de la population n’a pas accès à l’électricité et l’eau potable, hormis le réseau des gros bourgs et villes, est encore un trésor qu’il faut aller puiser en terre ! Les séismes islamistes qui frappent le Niger et le Nigeria nuisent encore un peu plus au développement des échanges commerciaux après le contrôle strict ou la fermeture des frontières avec ces deux pays. Il n’empêche, le flux incessant des poids lourds sur des pistes défoncées symbolise jusqu’à l’outrance, voire l’apocalypse au nombre de carcasses désarticulées sur les bas-côtés, combien le Bénin, avec son riche port de Cotonou, s’est imposé comme un pays de transit incontournable pour ses voisins limitrophes.

Les conséquences majeures dans cette course effrénée à la rentabilité ? Un taux de chômage explosif, une jeunesse qualifiée sans avenir, une économie souterraine florissante… Chacun, devant son pas de porte, aligne son petit étal alimentaire, chacun crée sa petite entreprise d’essence clandestine et trafiquée en provenance DSC_0340du Nigeria, chacun développe son petit commerce à la criée au bord des routes et pistes… Il faut bien survivre à défaut de vivre, la misère ne sévit pas au Bénin, la pauvreté oui ! Avec ses corollaires, dramatiques : un système éducatif et de santé en plein marasme, la valse d’ONG multiples et variées au volant de quatre-quatre rutilants ! Souvent au carrefour d’un village, un immense panneau datant déjà et annonçant le démarrage de tel ou tel projet soutenu par divers organismes : seule la pancarte, délavée par le temps et solide sur ses fondations, attire l’œil du passant !
Une vie de galère à la ville, une vie de forçat au champ… Des journées harassantes pour le citadin dans une cohue ébouriffante et un taux de pollution alarmant, des cultures de subsistance pour le paysan, des distances hallucinantes pour la femme et l’enfant se rendant au marché avec, à l’aller comme au retour, quelques trente ou quarante kilos de marchandises sur la tête à vendre, échanger, troquer. En Afrique, d’une case à l’autre et tout au long des sentiers escarpés, le dicton se vérifie, la femme est vraiment l’avenir de l’homme ! Envers et malgré tout, le peuple béninois s’affiche accueillant, souriant, entreprenant. Dans cette course à la débrouille pour gagner son CSC_1051assiette de mil ou de manioc quotidien, il ne manque pas de bras et de cœurs solidaires pour assurer le développement du pays autrement.

Des structures de micro-crédit en faveur des paysans aux associations de bénévoles en prévention du sida, des voix multiples en faveur du respect et de la défense de l’environnement aux coopératives vivrières, le Bénin est riche de potentiels en tout secteur. Dont un qui n’attend qu’un puissant coup de pouce gouvernemental pour libérer sa créativité : le tourisme intelligent et responsable ! Du sud au nord, de la cité lacustre de Cotonou au pays des Tata-Somba, de l’emblématique Ouidah avec sa porte du Non-Retour symbole de l’histoire de l’esclavage au magnifique parc national et animalier de la Pendjari, des bords de mer houleux de l’Atlantique à la chaîne accidentée des plateaux de l’Atakora, le pays regorge de fabuleux trésors naturels dont les guides locaux au sourire communicatif s’enorgueillissent de dévoiler les mystères au « yovo » définitivement ensorcelé ! Un pays encore sauvegardé d’un tourisme de masse, qui autorise le dialogue en toute SDC11535sérénité avec les populations locales, du pêcheur côtier remontant ses traditionnels filets à l’éleveur Peul de vaches aux majestueuses cornes, le recueillement sur les lieux sacrés de tribus millénaires comme l’initiation aux secrets vaudou hors tout folklore organisé… Le Bénin est une perle échouée sur la côte Atlantique, il s’offre en toute générosité au regard de ceux et celles qui acceptent de remiser clichés et préjugés !
Avec une solidarité transfrontalière qui ne se dément jamais… Active, la communauté béninoise en France n’oublie pas le frère ou la sœur, de sang ou de cœur, demeurés au pays. Par exemple, l’association franco-béninoise Sollab, « Solidarité Laboratoires », qui n’attend que bénévoles et fonds pour démultiplier actions et projets : équiper les centre de santé, dans les bourgs et villages les plus reculés de la savane ou de la brousse, d’outils d’analyses médicales. Un enjeu de santé primordial pour les populations qui n’ont ni les moyens ni le temps de se rendre à l’hôpital le plus proche, une question de survie pour les mamans et leurs bébés : comment se soigner et guérir lorsque la fièvre jaune frappe sans pouvoir être démasquée, comment accoucher en toute sérénité lorsque font défaut les outils élémentaires pour une simple DSC_0677analyse de sang ? De Paouignan dans la région des Collines au quartier Tokpota de Porto Novo, d’Alassane Chabi-Gara en région parisienne à Olivier Koukponou à Cotonou, le virus de la solidarité se propage pour le bien-être et la santé de tous !

Le Bénin ? A l’image de son drapeau national aux trois couleurs, une authentique terre de contrastes aux valeurs à sauvegarder : vert comme l’espoir d’un développement au bénéfice de tous, soleil comme un avenir prometteur pour chacun, rouge comme le sang des enfants à protéger et à éduquer… Le Bénin n’écrira certainement pas la dernière page de son livre d’histoire le 6 mars, il est crucial cependant pour les autochtones de la bien tourner ! Yonnel Liégeois. Photos de Claude, Séverine et Sylviane.

 

En savoir plus
Pour voyager : le guide du « Petit Futé » consacré au Bénin. L’agence Allibert organise des CSC_1143séjours attrayants, mêlant marche et découverte en profondeur du pays. Hors des circuits touristiques convenus.
A lire : les auteurs béninois Florent Couao-Zotti pour « La traque de la musaraigne » et son recueil de nouvelles « Retour de tombe », Arnold Sènou pour « Ainsi va l’hattéria ». Ken Bugul, sénégalaise mais béninoise par alliance, pour « le Baobab fou » et « Riwan ou le chemin de sable » qui reçut le grand prix littéraire de l’Afrique noire en 1999… Tous les ouvrages (roman, poésie) de l’écrivain franco-béninois Barnabé Laye : son dernier recueil poétique « Fragments d’errances » (Acoria éditions) vient d’être couronné du Prix Aimé Césaire 2016, Prix de la Société des Poètes Français.

A visiter : l’ensemble des palais royaux de l’ancien Dahomey, la cité lacustre, le village souterrain d’Agongointo, les parcs nationaux, la fondation Zinsou qui s’affiche comme le seul musée d’Afrique occidentale consacré à l’art moderne.
SDC11435A parcourir : La route des esclaves à Ouidah qui, sur quatre kilomètres de la Place des Enchères à la Porte du Non-Retour, raconte sans chaînes aux pieds le tragique destin de deux millions d’hommes, de femmes et d’enfants arrachés à leur terre au temps de la traite négrière. Un lieu de mémoire, à respecter autant que l’île de Gorée au Sénégal.
A découvrir : la savoureuse cuisine locale (igname, fromage peul, poisson) et ses boissons typiques (le vin de palme et la bière de mil). Les temples et rites vaudou, dont le Bénin est la terre d’élection : loin des fantasmagories occidentales, un art de vivre et une philosophie autant qu’une religion.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans A la une, Pages d'histoire

5 réponses à “Le Bénin, à la croisée des chemins

  1. Reçu le 07/03/2016, à 22h22 :

    Hello Yonnel,
    Merci effectivement pour cet article très intéressant. Bon, ce 6 mars était un premier round et il va y avoir des élections définitives à fin mars et nouveau président début avril…. Cela semble au moins se passer dans le calme et comme cela ressort bien de ton article, c’est chose suffisamment rare en Afrique pour le relever.
    Espérons que cela dure. Ce merveilleux pays et ce peuple si généreux le méritent.
    A une prochaine peut-être, Jacqueline

  2. Reçu le 07/03/2016, à 20h15 :

    Merci, Yonnel, de nous avoir envoyé cet article ! Que de bons souvenirs… et de belles photos ! Et très intéressant d’avoir des infos supplémentaires. j’ai d’ailleurs lu « Riwan ou le chemin de sable » il n’y a pas longtemps, ça se passe au Sénégal, mais il y a quelques points communs.
    J’ai hâte de lire l’article que tu ne manqueras pas d’écrire quand les résultats des élections seront connus…
    Biz à tous, Séverine

  3. Reçu le 02/03/2016, à 22h31 :

    Salut Yonnel !

    Il y a des jours comme ça, où il se passe quelque chose qui nourrit l’âme et réchauffe le corps. Je voulais t’envoyer un message, et voilà que je lis ton article sur le Bénin, qui me plaît beaucoup.
    Nous sommes en préparatifs : on a le billet d’avion, on va se faire vacciner, il faut s’occuper des visas… Donc nous sommes presque des « yovos » : envol le 14 Juillet, retour le 4 Août (de la fête nat à l’abolition des privilèges…). Et donc un réel plaisir à avoir tes impressions : on suit la campagne électorale : Zinsou, Talon, et les autres… A suivre…

    Il faut que je te titille sur ton texte, sur deux points : d’abord, la référence au discours de Dakar ne me parait pas très juste : en effet, si Guaino fait référence à Hegel et à l’idée que l’Afrique n’est pas encore assez entrée dans l’histoire, cela ne veut pas dire que l’Afrique n’a pas d’histoire, mais que son histoire est réduite à son passé colonial, et que tant sur le passé que pour l’avenir, il y a beaucoup à reconsidérer, à connaître, à attendre.
    Deuxième chose: les souverains d’Abomey étaient des impérialistes pas plus sympathiques que leurs homologues blancs : l’esclavage n’a pas été inventé par les blancs, ils l’ont trouvé florissant et habituel : les arabes et le razzou, (la razzia), et les chefs qui s’échangeaient les prisonniers, n’ont pas eu besoin des commerçants triangulaires pour pratiquer cette humiliation et ce terrible commerce (voir la thèse de Pétré-Grenouilleau qui avait défrayé la chronique, « Traites négrières » chez Folio histoire, ainsi que le petit livre de Bassidiki Coulibaly, « Du crime d’être « noir » chez Homnispères, pour rétablir un peu les choses).

    Mais je voulais aussi te dire que nous avons vu hier au théâtre (d’une petite ville de province, avec son public un peu frileux (mais la salle était pleine)) « Le retour au désert » de Bernard-Marie Koltès (ndlr : https://chantiersdeculture.wordpress.com/2015/10/16/de-koltes-a-desnos-un-theatre-riche-demotions/ ), avec Catherine Hiégel et Didier Bezace, et tous les autres (une distribution d’enfer !) : un régal, un feu d’artifice, le temps fort de la saison chez nous. Le texte est extraordinaire (je l’avais lu l’an passé, je le trouvais plus dramatique que ce que le metteur en scène a proposé), les acteurs sont d’un naturel exceptionnel, et l’ensemble est d’une cohérence et d’une force étonnantes ! Nous avons été comblés, et plusieurs de mes chères collègues de lettres, ont été aussi ravies de la puissance dégagée par ce grand classique contemporain. Le théâtre comme grand art !
    Voilà pour aujourd’hui : de la matière à penser, mais aussi des expériences sensibles assez étonnantes : ça vaut le coup !

    Je t’espère en bonne forme, ici on s’occupe (le lycée, etc), Chantal t’embrasse (elle est dans la littérature béninoise, elle va regarder les références que tu donnes et qu’elle ne connaît pas). Bises à Lætitia, et salut à toi, ô grand marcheur des terres colorées.
    Pierre-Marie

  4. Reçu le 07/03/2016, à 14h17 :
    « Merci et bravo, Yonnel, pour ce récit qui m’a beaucoup émue et refait vivre tant de bons souvenirs ! » Bises, Ninfa

  5. sylviane

    Merci, Yonnel, de raviver notre voyage ! Photos connues, bises
    Sylviane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s