Bérengère Lepetit, entre le Doux et l’amer

« Un séjour en France » de Bérengère Lepetit est la chronique d’une immersion dans une entreprise agro-alimentaire de Bretagne. Un récit vivant, retraçant quatre semaines passées à la chaîne dans le froid des usines Doux.

 

 

On parcourt ce livre comme on arpente un pays, les yeux grands ouverts, à l’écoute de ses bruissements, ses humeurs. Dans le froid d’usines labyrinthiques aux journées uniformes. Dans les coulisses des vestiaires où l’on se change à la hâte. Aux pauses cigarettes, minutes précieuses arrachées à la cadence.

On dévale ce livre page à page à l’écoute de la routine de vies passées à la chaîne, leurs mains agiles en mouvement perpétuel, jusqu’à ce que jeunesse se passe. Pour écrire « Un Séjour en France », la journaliste Bérengère Lepetit a gommé son monde d’avant et frappé à la porte d’une agence d’intérim de Bretagne. Elle a enfilé une blouse bleue et partagé durant quatre semaines le quotidien des ouvriers de l’usine Doux de Châteaulin, 1507-1dans le Finistère. Des hommes et des femmes du coin, « payés toute leur vie au Smic », un horizon indépassable dans une région où le travail est devenu denrée rare.
« Venez avec moi chez Doux, venez avec moi à la chaîne, venez emballer des poulets, vous verrez ce que c’est ! » C’est en entendant cette invective adressée à la maire de Morlaix par une syndicaliste, que l’idée de cette immersion s’est imposée à elle. Pour abolir les frontières, pour voir, pour sentir, pour comprendre. « J’ai plongé sans me poser de questions, je me disais que je verrai bien en route, » écrit-elle.

Dans son livre tenu comme un journal de bord, Bérengère Lepetit raconte son travail de manutentionnaire au conditionnement. La lutte permanente pour ne pas se faire submerger par le rythme de la chaîne. Les nuits peuplées de poulets bleus-blancs-rouges comme autant de réminiscence du travail de la veille. La chaîne qu’on ralentit pour la visite d’un ministre qui ne prendra même pas le temps de s’arrêter leur parler. « Chaque atelier a son propre rythme, sa cadence, son cercle de solidarité, » raconte-t-elle. C’est finalement cette petite communauté de collègues que Bérengère Lepetit restitue avec le plus de justesse, leurs éclats de bonnes et de mauvaises humeurs, leurs routines et leurs combines pour supporter les minutes qui s’étirent jusqu’à la sortie.
« Mon corps est là, mon esprit est ailleurs, et je les emmerde », lui dira l’une d’elles. Sous l’usine, la plage. Cyrielle Blaire

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Sur le pavé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s