Claire Rodier, plaidoyer pour réfugiés

Juriste et militante des droits des migrants, Claire Rodier publie sous forme de questions-réponses un petit livre sur nos politiques d’accueil. « Migrants et réfugiés, réponse aux indécis, aux inquiets et aux réticents » ? Un plaidoyer en faveur d’une autre politique européenne.

 

 

Eva Eymeriat – Quel est votre sentiment après la tenue du référendum anti-migrants en Hongrie ?

Claire Rodier – Le rejet du plan de relocalisation des réfugiés est totalement assumé par le président Victor Orban, car c’est un vrai « facho ». En réalité, d’autres dirigeants européens, dont monsieur Manuel Valls le premier, s’en étaient déjà fait les porte-voix…

 

E.E. – L’accord avec la Turquie prouve que l’Europe est prête à tous les reniements pour refuser l’accueil. Comment en est-on arrivé là ?

C.R. – C’est glaçant de voir les migrants traités comme des objets. Cet accord s’inscrit dans un processus de mise à distance des migrants datant des années 2000. Cela a commencé avec le Maroc, devenu un partenaire de la surveillance des frontières en échange d’aides au développement. Avec la Turquie, on a franchi un seuil dans le cynisme et le marchandage. L’Europe assume le renoncement à la Convention de Genève, puisque toute personne qui arrive sur son territoire est refoulée vers la Turquie, même si elle a le droit à une migrantprotection. L’Europe ferme par ailleurs les yeux sur la répression généralisée de la population turque.

 

E.E. – On entend que, tétanisée par le chômage, la France devrait d’abord se préoccuper de ses pauvres…

C.R. – La concurrence des misères, c’est insupportable ! Ma conviction ? On cherche à manipuler l’opinion. Demandons-nous déjà pourquoi un pays comme la France génère autant de pauvres… C’est le fruit d’une politique de précarisation menée depuis des années. Il est dit qu’il ne faut pas nourrir l’extrême droite. Mais, quand on mène des politiques institutionnellement xénophobes, il ne faut pas s’étonner ensuite que les idées et comportements xénophobes soient légitimés.

 

E.E. – La France a-t-elle la capacité d’accueillir plus de migrants ?

C.R. – Le Liban peut accueillir des réfugiés à hauteur de 25% de sa population et nous, on ne pourrait pas en secourir 30.000, soit 0,0005%  de la nôtre ? La France est la 6e puissance mondiale ! A la fin des années 1970, nous sommes allés chercher entre 130.000 et 150.000 « boat people » dans le sud-est asiatique. Cette opération s’est accompagnée d’une explication à la population française, ce qui a évité les réactions hostiles. En réalité, l’argument pour refuser l’accueil n’est pas comptable, mais idéologique. C’est la peur qui nous migrant2paralyse.

 

E.E. – Cet été, le cap des 10.000 migrants morts en mer depuis 2014 a été franchi. L’Europe est-elle comptable de ce bilan ?

C.R. – Oui, car l’Europe aurait pu mettre en place des voies légales dès les premières alertes du Haut – Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Aujourd’hui, la plupart des pays européens refusent de délivrer des visas aux Syriens et pleurent quand un enfant meure noyé. Mais des petits Aylan, il en meure tous les jours en mer ! Il nous faut réfléchir aux conséquences de nos politiques. Quelle est la responsabilité des gouvernants qui laissent mourir des gens à leur porte, voire qui leur tirent dessus ou envoient des chiens comme en Bulgarie ? Les migrants passent par les cases prison, racket, harcèlement par la police, traversée du désert, noyade en mer, viol… Ce sont des parcours d’enfer, dont ils gardent des traumatismes très profonds.

 

E.E. – Quel message avez-vous envie de passer « aux réticents et aux inquiets » ?

C.R. – Fermer, sélectionner, renvoyer… C’est la pire des approches. La liberté de circulation, considérée il y a vingt ans comme un fantasme, est de plus en plus partagée comme une perspective raisonnable. Les politiques sécuritaires ne marchent pas, pourquoi ne pas essayer autre chose ? Propos recueillis par Eva Eymeriat

 

Repères :

Le 18 mars 2016, l’Union Européenne s’est engagée à verser 6 milliards d’euros d’aides à la Turquie en échange d’une externalisation de l’accueil basée sur le principe du « un pour un ». Concrètement : pour chaque Syrien refoulé des îles grecques vers la Turquie, un autre doit être réinstallé au sein de l’U.E. Fin mars, une juridiction grecque du droit d’asile a donné raison à des réfugiés qui refusaient de retourner en Turquie, cette dernière n’offrant pas « les droits fondamentaux auxquels ils ont droit ». L’Unicef estime, par ailleurs, que deux tiers des enfants syriens ne sont pas scolarisés en Turquie.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Entretiens, rencontres, Sur le pavé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s