Archives de Tag: Histoire

À la Tempête, Adrien passe la main

Fin juin 2017, se déroula au Théâtre de La tempête une chaleureuse soirée d’hommage à Philippe Adrien ! Trente ans durant, ce directeur et metteur en scène inventif sut dynamiser le lieu et fidéliser le public. Pour l’occasion, Clément Poirée son successeur a mis en scène « La Baye », farce loufoque et œuvre de jeunesse de l’aîné.

 

 

Vadim, bel adolescent de 17 ans au regard azuréen, sort du spectacle un sourire aux lèvres. Sous le charme de ce spectacle insolite et iconoclaste servi par une mise en scène originale et d’excellents comédiens… Sous le charme, aussi, à la fois plus puissant et plus subtil de ce lieu magique : la Cartoucherie de Vincennes ! Sa grand-mère l’y a conduit ce soir pour la première fois, ce ne sera pas la dernière, il y reviendra adulte, c’est certain. Pour tout nouveau découvreur du site, ces anciens entrepôts des munitions royales constituent au cœur du bois de Vincennes un havre de paix qui prédispose sereinement aux plus belles découvertes culturelles.

A la sortie, les spectateurs ne rentrent pas directement chez eux. Ils s’attardent sur la terrasse… En cette soirée de juin plus particulièrement, puisqu’un buffet leur est proposé pour prolonger autour d’un verre l’hommage à Philippe Adrien qui fut l’âme du théâtre de La Tempête durant 30 ans.

 

L’homme fit ses débuts comme acteur, dans les années soixante, avant de se consacrer à l’écriture et à la mise en scène. Sa pièce « La Baye » est montée en 1967 par Antoine Bourseiller, dans les rôles-titres Jean-Pierre Léaud et Suzanne Flon. On y décèle déjà un goût prononcé pour l’irrévérence qui ne le  quittera plus et le guidera vers les auteurs les plus exigeants : Jarry, Combrowicz, Bataille, Witkiewicz ou Copi. Avec Kafka la dimension psychanalytique, à laquelle il est sensible,  s’invite désormais de façon récurrente dans sa lecture des œuvres. En témoignent « Une visite » et « Rêves de Kafka ».

En 1981, il succède  à Antoine Vitez à la direction du Théâtre des Quartiers d’Ivry et c’est à cette époque qu’il rencontre Dominique Boissel, alors jeune acteur, dont il fait son assistant. Ce dernier l’accompagnera  plus tard à La Tempête en tant que conseiller artistique. Il se souvient de leur rencontre. « Ce qui m’a frappé avant tout, c’est sa formidable curiosité, sa hantise du droit chemin et de toute forme d’académisme », souligne Boissel, « une forme d’insolence… déjà au lycée, il organisait le chahut, m’a-t-il dit ! ». La route tracée par Philippe Adrien est sinueuse. Elle passe d’abord par la Comédie Française, en 1983 : invité, il y monte plusieurs pièces de Molière mais aussi d’autres auteurs comme Grumberg, Von Hoffmanstahl ou Genet. Ensuite, direction le théâtre privé où il met en scène Tennessee Williams, et le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique où il dispense son enseignement pendant quatorze ans, de 1989 à 2003.

 

Dès 1985, il a déjà un pied au Théâtre de la Tempête. Jacques Derlon, qui avait succédé à Jean-Marie Serreau, fondateur de la Tempête en 1971 et prématurément disparu, l’accueille en résidence. Une première pour un homme de théâtre ! Son ouverture d’esprit le pousse vers d’autres cultures, notamment celles du continent africain qu’il affectionne. Cette proximité féconde d’importants projets théâtraux sur la colonisation, « Le projet Conrad » en 2009 et « Boesman et Léna » en 2015. Un autre « continent noir » l’intéresse, celui du handicap. De sa collaboration avec l’acteur aveugle Brunot Netter, et sa Compagnie du Troisième Œil, naîtront  entre 2001 et 2011 d’originales représentations : « Le malade imaginaire » de Molière, « Le Procès » de Kafka, « Œdipe » de Sophocle, « Don Quichotte » de Cervantès, « les Chaises » d’Ionesco…

En 1996, il prend les rênes de la Tempête. « Alors que je suivais une reconversion en gestion d’action culturelle, il m’a accueilli très chaleureusement comme stagiaire », se souvient Antonia Bozzi, désormais en charge de la communication au théâtre. « J’ai été fascinée par la première mise en scène que j’ai vue, « En attendant Godot », mais aussi par sa personne : il était très humble, sachant partager son savoir, prenant du temps pour expliquer les choses… Cela a tout de suite bien marché avec lui, c’est un homme très attachant, très sensible, voire émotif ». Et de conclure, « je lui dois ma passion du théâtre ! ». La dernière mise en scène de Philippe Adrien pour La Tempête ? « Le bizarre incident du chien pendant la nuit » de Simon Stephens d’après le roman de Mark Haddon. Un bijou et un succès mérité pour cette pièce insolite et remarquablement interprétée, reprise début 2017 avant de partir en tournée.

 

L’heure de la relève est venue. C’est un passage de témoin tout en douceur qui s’effectue avec Clément Poirée, son assistant depuis de longues années et collaborateur à grand nombre de mises en scène parallèlement aux créations d’« Hypermobile » sa propre compagnie. « Je suis arrivé en 2000, moi-aussi comme stagiaire à la mise en scène et… je ne suis plus reparti ! J’étais jeune et très intimidé, venant de Sciences-Po je n’avais pas les codes du théâtre mais Philippe fut très accueillant et partageur, dans l’écoute et l’échange, pas du tout paternaliste ! Se remettant en question en permanence, très exigeant mais ne donnant pas de consignes…. Attendant que les gens proposent et agissent….  Il se saisit des choses qui adviennent ». Pour conclure : «  avec Philippe, le travail se valide par la joie, une joie farouche ! ». Chantal Langeard

Poster un commentaire

Classé dans Entretiens, rencontres, Pages d'histoire, Rideau rouge

Avignon 2017, Castorf le maître

Castorf, un chef-d’œuvre en forme d’au revoir

 Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le Festival connaisse ce qui sera sans doute l’un des événements les plus marquants, les plus forts de son édition, « Die Kabale der Scheinheiligen et Das Leben des Herrn de Molière » mis en scène par Frank Castorf. Un spectacle immense dans tous les sens du terme.

 

 

Sur près de six heures de temps, Castorf décline presque toute la gamme des relations de l’artiste avec le pouvoir politique. Et quel meilleur exemple que celui de Molière et de Louis XIV surtout lorsque celui-ci est proposé par Mikhaïl Boulgakov qui nous renvoie par la même occasion à sa propre relation avec la censure de son pays et à Staline en personne ? Dernier avatar, et Frank Castorf ne se prive pas pour évoquer la chose, son propre cas à la Volksbühne Berlin (théâtre du peuple) qu’il aura donc dirigé pendant un quart de siècle avant d’en être évincé au profit du belge Chris Dercon qui n’est pas metteur en scène, et dont le titre de gloire est d’avoir été commissaire à la Tate Modern à Londres…

Das Leben des Herrn de Molière s’achève le 13 juillet, ce sera la dernière représentation d’un spectacle de la Schaubühne dirigé par Frank Castorf. Un monde (pas seulement théâtral) bascule. Le spectacle est porté à un degré de perfection d’autant plus étonnant et méritoire que Castorf ne s’est pas contenté de mettre en scène les adaptations des deux œuvres de Boulgakov, mais il y a inclus, comme à sa grande habitude, d’autres textes, pas forcément de théâtre, de Racine (avec notamment Phèdre), de Corneille, de Fassbinder, de son ami Heiner Müller auquel on ne peut pas ne pas songer… et même des dialogues avec son équipe saisis lors des répétitions. Immense patchwork qui pourrait faire craindre une espèce de dispersion mais qui est en fait savamment agencé de bout en bout. Vie de Molière donc dans une période où le roi lui passe commande d’une grande œuvre à réaliser en très peu de temps puis cabale des dévots avec le Tartuffe, activité publique et vie intime pour le moins tumultueuse mêlées, tout cela évoqué par un Boulgakov lui-même en butte à la censure de Staline et de ses affidés (ses quatre premières pièces furent purement et simplement interdites) et nous en arrivons bien sûr à la situation de Castorf face au pouvoir berlinois, une déclinaison qui va pour ainsi dire de soi et qui se mue ici en manifeste théâtral et politique.

 

Sur le très vaste espace du Parc des expositions d’Avignon qu’il maîtrise de belle manière avec son scénographe Alexander Denic, Castorf expose justement tout son savoir théâtral, avec juste un peu plus de « quatre planches et pas grand chose », chers à Vitrac, soit un chariot qui en s’ouvrant devient scène de théâtre, une petite carriole, rappel du théâtre ambulant, celui de Molière et de bien d’autres, et deux tentes qui vont au fil du spectacle bouger selon les séquences. Et l’on a alors un véritable récital, tragique, drôle, bouffon, percutant avec une distribution hors pair. Époustouflant Georg Friedrich dans le rôle de Louis XIV, face à Lars Rudolf, l’archevêque de Paris lui réclamant l’interdiction du Tartuffe du pauvre Molière interprété par Alexander Scheer. Mais faisons mention particulière à nos deux acteurs nationaux, des fidèles du metteur en scène, Jean-Damien Barbin qui joue en français, et Jeanne Balibar, hallucinante dans le rôle de Madeleine Béjart face à sa fille/sœur Armande-Anna Hilsorf. Tout se mêle et se démêle (quel travail sur l’agencement des différentes temporalités !).

C’était hier, c’est aujourd’hui. Mais où reverra-t-on Frank Castorf, sans les moyens humains et financiers de la Volksbühne ? Jean-Pierre Han

« Die Kabale der Scheinheiligen. Das Leben des Herrn de Molière » d’après Mikhaïl Boulgakov, mise en scène de Frank Castorf Avignon in). Parc des Expositions d’Avignon, jusqu’au 13 juillet à 17h (Tél. : 04.90.14.14.14).

Poster un commentaire

Classé dans Festivals, Rideau rouge

Avignon 2017, Miyagi hors texte

Miyagi, de la séduction à la désillusion

L’« Antigone » de Sophocle, dans la mise en scène de Satoshi Miyagi, fut créée chez lui au Festival de la SPAC (Shizuoka Performing Act Center) qu’il dirige dans cette ville située à environ 150 kilomètres au sud de Tokyo, et d’où l’on peut voir le Mont Fuji. Il n’empêche, le spectacle proposé a tout l’air d’avoir été conçu spécialement pour la Cour d’honneur du Palais des Papes.

 

Ce dont enfin tout le monde devrait se réjouir tant le nombre de réalisations théâtrales peu à leur place dans un tel contexte architectural est grand. Lui qui avait triomphé il y a deux ans avec un superbe Mahabharata donné à la Carrière de Boulbon, en homme avisé et maître de son sujet, Satoshi Miyagi répond avec grâce et exactitude à la commande, au « concept » qu’impose le lieu pour le grand événement.

La vision scénographique qu’il nous offre, placée sous la responsabilité de Junpel Kiz, est de toute beauté : toute l’étendue du plateau est recouverte d’une eau peu profonde dans ou sur laquelle évoluent avec une lenteur qui efface le temps les vingt-neuf (pas moins) protagonistes de la tragédie, ombres blanches, âmes errantes glissant au son de la musique, entre percussions et sons électroniques (la musique est signée Hiroko Tanakawa, alors que le son a été conçu par Hisanao Kato et à Koji Makishima), omniprésente ; vaste étendue d’eau – l’Achéron bien sûr – sur laquelle viendra glisser à deux reprises le passeur, alors que les silhouettes démesurément agrandies des participants du rituel viennent flotter projetées de manière presque menaçante, sur le mur de la Cour d’honneur… La cérémonie funéraire est en place, il n’y manque pas le moindre petit amas de rochers, le principal destiné à Antigone au centre du plateau, les autres sur les côtés…

 

En n’hésitant pas à utiliser des techniques théâtrales (on songe au nô bien évidemment) de son continent, avec notamment la volonté de dissocier ce qui est de l’ordre de la corporalité de ce qui est de l’ordre de la parole – chaque personnage de la tragédie est ainsi représenté par deux acteurs – l’un qui parle, l’autre qui agit, éliminant ainsi tout risque d’une inutile psychologisation, Satoshi Miyagi opère un étonnant renversement qui ne fonctionne pas toujours, la tendance du spectateur occidental étant de choisir l’une des deux options proposées au lieu de les saisir ensemble. Autre renversement, fondamental, celui de la proposition initiale du texte de Sophocle où l’élément premier sur lequel repose la tragédie est celui de la terre – celle à laquelle a droit Étéocle, celle qui est refusée à son frère Polynice – remplacé ici par… l’eau. Le plus surprenant, cependant, est le sort que Sotishi Miyagi fait au texte de la pièce, une pièce qu’il a pourtant déjà travaillée et mis en scène il y a plusieurs années de cela, en 2014, et qu’il a dans la traduction en japonais légèrement coupé ici et là (notamment à la fin), un texte qui aurait plutôt tendance à disparaître de la circulation.

C’est bien là le défaut majeur de cette représentation : la mise à l’écart du texte et de ses vrais enjeux au détriment des images… Du coup, le moment le plus réussi du spectacle est celui du prologue inventé avec malice par Satoshi Miyagi où, sur les bords du bassin, les comédiens viennent raconter à leur manière, très bande dessinée – Satodhi Miyagi connaît bien les mangas –, les péripéties de la pièce. Jean-Pierre Han

« Antigone » de Sophocle, mise en scène de Satoshi Miyagi (Avignon in). Cour d’honneur du Palais des Papes, jusqu’au 12 juillet à 22h (Tél. : 04.90.14.14.14).

Le 13/07, paraît le n° 150 des Lettres Françaises, en supplément du quotidien L’Humanité.Qui publie, sous le titre « De la séduction à la désillusion », cette chronique théâtrale. Retrouvez « Les Lettres Françaises » (directeur : Jean Ristat, rédacteur en chef : Jean-Pierre Han), en intégralité et en consultation gratuite, le deuxième jeudi de chaque mois sur Internet. Prochain numéro : le 14 septembre 2017.

Poster un commentaire

Classé dans Festivals, Rideau rouge

En douze clics, Creil au travail

Jusqu’au 4 juin, se déroule à Creil ((60) et dans son agglomération « Usimages ». En douze expositions, un original et superbe parcours photographique qui met à l’honneur l’homme et son travail, l’outil et la machine. Rencontre avec Fred Boucher, le directeur artistique de l’événement.

 

 

Yonnel Liégeois –  « Usimages » inaugure son second parcours photographique. Quelles nouveautés par rapport à la précédente édition ?

Fred Boucher – La majorité des expositions présentées dans le cadre d’ «Usimages » sont organisées en plein air. Cette année, nous avons mis l’accent sur la création, par exemple avec l’expo « RER, 1970-1980 » à partir des archives de la RATP. C’est la même démarche qui nous a guidé en imaginant celle sur les « Industries rouennaises » à partir du fond photographique de Bernard Lefebvre, dit Ellebé. Un travail qui demande des recherches dans les archives et permet de revisiter des fonds rarement offerts à la vue du grand public. Enfin, nous avons initié un travail de résidence sur cinq entreprises du

« Industries rouennaises ». Co Ellebé

bassin creillois. Ce sont deux jeunes photographes fraichement diplômés de l’École d’Arles, Margot Laurens et Vincent Marcq, qui ont été choisis : nous faisons vraiment une grande place à la création !

 

Y.L. – « L’homme au travail dans son rapport à la machine ou à son outil », est le fil conducteur des douze expositions. Une réhabilitation de l’image ouvrière ?

F.B. – Oui et non, tout à la fois… L’idée était de mettre en avant comment cette imagerie évolue, mais aussi comment peu à peu disparait cette image de l’homme et de la machine. Il y a une déshumanisation des photographies. Par exemple, le travail de Daniel Stier, qui présente des photographies de laboratoire, pose vraiment la question du rapport de l’homme à la machine. Même si les expériences présentées permettent d’améliorer les postes de travail, l’impression que l’on ressent est toute autre. Les humains semblent asservis

Les ouvriers de la Cofrablack. Co Dominique Delpoux

à la machine, ils apparaissent comme le prolongement de celle-ci. Le point de vue de ce photographe nous amène à un questionnement et joue de cette ambiguïté.

 

Y.L. – Les expositions, dans leur majorité, sont présentées en plein air. Un choix délibéré ?

F.B. – Oui, c’est un choix politique de la part des élus que de présenter la photographie dans les espaces publics comme dans les parcs. Cela permet d’abord au grand public d’accéder plus facilement à une telle manifestation culturelle, cela lui permet aussi de découvrir des lieux de promenade en milieu urbain. Pour nous, ce fut un vrai challenge : créer des

Au cœur du Creillois. Co Margot Laurens

modules de présentation en plein air, développer des actions de médiation grand public (visites sportives, visites en vélo …) sur ces lieux !

 

Y.L. – Vous donnez à voir ce qui semble avoir disparu : l’ouvrier, l’outil, le monde industriel. Un paradoxe ?

F.B. – Ce qui a disparu, mais aussi ce qui est contemporain… Et surtout, comment documenter, quelle valeur accorder à ce document du passé qui peut devenir œuvre d’art dans le cadre d’une exposition ? De la même manière, quel regard et comment photographier les activités industrielles d’aujourd’hui qui ne sont plus autant visuelles que ce que l’on pouvait trouver dans l’industrie lourde du 19e ou du début de ce siècle ?

 

Y.L. – La ville de Creil se propose de collecter les photographies personnelles de ses habitants au travail. Dans quelle perspective ?

F.B. – Cette collecte s’est réalisée en écho à l’exposition sur l’auto-représentation. Nous avons réussi à collecter un certain nombre de photographies que nous avons présentées. Le but est bien évidemment de

« Espace-Machine ». Co Caroline Bach

continuer cette collecte afin de constituer une mémoire des activités industrielles du bassin creillois. Cette mémoire individuelle permet peu à peu de construire une mémoire collective.

 

Y.L. – Divers établissements scolaires sont associés à la manifestation. Une sensibilisation à l’univers de l’entreprise ?

F.B. – Les opérations de médiation sont au cœur de notre projet, des ateliers ont été réalisés tout au long de l’année scolaire. Les jeunes pratiquent la photographie et visitent les expositions. Beaucoup de visites sont organisées et des livrets « Découverte » donnent des clefs pour la compréhension des images. Propos recueillis par Yonnel Liégeois

 

 

LE TRAVAIL SOUS TOUS LES ANGLES

« Ateliers ». Co Cédric Martigny

Organisé par l’agglomération Creil Sud Oise sous la direction artistique de Diaphane, le pôle photographique en Picardie, le parcours proposé par « Usimages » offre un regard croisé sur le monde du travail sous trois angles : des photographies historiques issues de fonds d’archives, des photographies contemporaines et des photographies en rapport avec les entreprises de la région. De l’employée de bureau des années 70 au conducteur de machines numérisées, le contraste est saisissant : l’ouvrier est-il pour autant un homme libéré ? L’image se révèle d’une force extraordinaire lorsqu’elle donne à voir ce nouvel univers du travail aseptisé, robotisé au cœur duquel le salarié n’est plus maître de son temps…

Et pourtant du geste au travail, sourd la beauté de l’ouvrage quand l’image s’accorde le temps de pose nécessaire. « Usimages » permet aussi de mettre en pleine lumière le travail de photographes, hommes et femmes, jeunes ou aînés dans le métier, qui ont élu l’entreprise comme source d’inspiration. Des travailleurs de la

« Ways of knowing ». Co Daniel Stier

focale, artistes de l’ombre (Caroline Bach, Dominique Delpoux, Cédric Martigny…) qui prennent le temps de regarder, d’observer, d’écouter pour mieux capter une ambiance, un regard, un geste… De la photographie documentaire à la recherche esthétique, ils sont les témoins privilégiés de l’univers de l’entreprise souvent caché et parfois méprisé, rarement à l’affiche des galeries ou des musées, dont ils partagent bien souvent les valeurs : la ténacité, la fraternité, l’amour du métier et du travail bien fait. D’une expo l’autre, entre l’hier et l’aujourd’hui, de l’Île Saint-Maurice au Parc de la Brèche, une balade photographique qui se savoure à l’air libre.

 

NANTES, IMAGES DU TRAVAIL

Des hommes allongés dans leurs hamacs lors des grèves de 1936 aux chantiers navals, l’étrave du célèbre paquebot Normandie à Saint-Nazaire en 1932, l’occupation de l’usine Chantelle à Saint-Herblain en 1981… De page en page, les images défilent. Bien avant l’usage du portable, toutes réalisées par des salariés, ouvriers en lutte ou en vacances ! En charge du fonds photographique du Centre d’histoire du travail de Nantes où elles furent déposées par les organisations ouvrières ou des militants, Xavier Nerrière (en préparation, un autre ouvrage à sortir prochainement sur l’œuvre d’une photographe engagée : « Le peuple d’Hélène Cayeux ») les a sélectionnées et rassemblées dans un magnifique ouvrage.

Mieux qu’un album de photos, « Images du travail » s’offre tel un incroyable roman-photo populaire ! Qui retrace une histoire sociale trop souvent rayée des mémoires, qui raconte au quotidien l’épopée de milliers d’anonymes bâtisseurs de la France d’aujourd’hui… Plus encore, en interrogeant le pourquoi et comment les classes populaires s’emparèrent ainsi de la photographie, Nerrière pose les

Co René Bouillant

premiers jalons d’une histoire encore à écrire : quid de la photographie sociale comme œuvre patrimoniale ? Quid de sa reconnaissance culturelle ? Quid de l’intérêt des conservateurs et des chercheurs pour semblables clichés ? D’une photographie à l’autre, un étonnant voyage au cœur de « la sociale » qui ravira l’œil de l’amateur comme de l’esthète.

Poster un commentaire

Classé dans Art&travail, Documents, essais, Expos, installations, Pages d'histoire, Sur le pavé

France-Algérie, mars 1962

Le 19 mars 1962, entrait en application le cessez-le-feu en Algérie. Au lendemain des accords d’Évian qui devaient mener à l’indépendance algérienne après plus de 130 ans de conquête, de colonisation, puis de guerre… Sa commémoration est toujours l’objet d’enjeux politiques lourds en France.

 

 

Voici cinquante-cinq ans, le 19 mars 1962, le cessez-le-feu entrait en vigueur en Algérie. Au lendemain de la signature des accords d’Évian, après quatre-vingt-douze mois de guerre et plus d’un siècle de colonisation. Mettant fin à une guerre ravageuse, avec ses milliers de morts, de déplacés, de destructions massives, et un usage immodéré de la torture, ce cessez-le-feu ouvrait enfin la voie vers l’indépendance de l’Algérie, acquise le 5 juillet 1962. Quelques décennies plus tard, la lecture de la guerre d’Algérie, si tardivement reconnue comme telle, continue de faire clivage en France et les nostalgiques de l’Algérie française continuent de vanter ce qu’ils présentent encore comme les mérites de la colonisation. Que se joue-t-il donc dans le refoulement, ou la réécriture réitérée, de cette histoire à la fois algérienne et française ?

Il aura fallu attendre octobre 1999 pour que le Parlement français requalifie en « guerre » ce que Paris nommait jusque-là « événements ». Attendre 2003 pour qu’un président de la République, Jacques Chirac, décide d’une journée d’hommage aux victimes de la guerre, un jour neutre et sans symbolique historique, le 5 décembre. Attendre 2012 pour que le Parlement fasse du 19 mars une « journée nationale du souvenir à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie » mais aussi « des combats en Tunisie et au Maroc », qu’aura donc commémorée officiellement l’actuel président de la République. Rien que cela a provoqué l’ire de certains.

 

Et parmi ceux-là même qui, pourtant, revendiquent l’héritage du général de Gaulle, s’est bruyamment manifestée la colère face à cet hommage. Ainsi, dans une tribune publiée dans Le Figaro, Nicolas Sarkozy avait-il l’an passé critiqué cette commémoration et le choix de la date. « Choisir la date du 19 mars que certains continuent à considérer comme une défaite militaire de la France, c’est en quelque sorte adopter le point de vue des uns contre les autres, c’est considérer qu’il y a désormais un bon et un mauvais côté de l’Histoire et que la France était du mauvais côté », affirmait celui qui voulait que soit mentionné dans les manuels scolaires le rôle « positif » de la colonisation, celui qui a fait du refus de la « repentance » nationale une obsession de sa présidence. Ce que revendiquent en réalité les historiens, ce n’est pas de la contrition, mais la recherche,

Un film fort, aux projections souvent houleuses et perturbées par les nostalgiques de l’Algérie française

l’établissement et la publication des faits, des contextes, des processus, des stratégies des acteurs tels qu’y donnent accès les archives et la documentation dans toute leur richesse et leur diversité.

Qui s’étonnera, à la suite de la tribune de l’ancien locataire de l’Élysée, que l’hebdomadaire Valeurs actuelles ait lancé une pétition dans le même sens ? À Béziers, le maire Robert Ménard, proche du FN, alla jusqu’à débaptiser la rue du 19-mars-1962 pour lui donner le nom d’Hélie Denoix de Saint-Marc, un militaire et ancien résistant qui participa aussi au putsch des généraux (une tentative de coup d’état militaire en avril 1961). Affirmant vouloir « effacer la honte » de la défaite et « saluer la mémoire d’un héros français », l’édile d’extrême droite a été salué par quelques partisans, dont des « identitaires », aux cris d’« Algérie française ». D’autres, comme Christian Estrosi, président de la région PACA et alors maire de Nice, ont refusé de commémorer ce cessez-le-feu.

 

Dès 1955, dans son Discours sur le colonialisme, Aimé Césaire analysait déjà « la malédiction la plus commune en cette matière » : « être la dupe de bonne foi d’une hypocrisie collective, habile à mal poser les problèmes pour mieux légitimer les odieuses solutions qu’on leur apporte ». À ceux qui tentaient de légitimer la colonisation par sa prétention civilisatrice, il répondait déjà qu’il fallait bien convenir de ce que l’entreprise coloniale « n’est point : ni évangélisation, ni entreprise philanthropique, ni volonté de reculer les frontières de l’ignorance, de la maladie, de la tyrannie, ni élargissement de Dieu, ni extension du Droit ; […] le geste décisif est ici de l’aventurier et du pirate, de l’épicier en grand et de l’armateur, du chercheur d’or et du marchand, de l’appétit et de la force, avec, derrière, l’ombre portée, maléfique, d’une forme

La mort de vingt appelés du contingent, en écho à la répression coloniale dans ce village de Kabylie en 1871

de civilisation qui, à un moment de son histoire, se constate obligée, de façon interne, d’étendre à l’échelle mondiale la concurrence de ses économies antagonistes ».

Les historiens ont mis en lumière cette entreprise de pillage des ressources, de constitution d’un marché captif, de recours à une main-d’œuvre exploitable et à laquelle toute velléité d’égalité des droits est déniée et réprimée, de mise sous tutelle politique. Et dès lors de mise en chantier d’un Empire susceptible de contribuer aux guerres concurrentielles que se livraient les puissances européennes. Quitte à ce que des classes populaires s’engouffrent dans les marges de l’Empire, s’y installent, y fassent leur vie, y trouvent leur horizon ensoleillé. Sans doute sans profiter des bénéfices colossaux tirés par les marchands d’armes ou autres profiteurs d’une agriculture spéculative sur des terres arrachées aux paysans en l’occurrence algériens. Mais en acceptant comme un principe d’une République dès lors bien malade, l’inégalité des droits comme l’inégalité des revenus, entre eux-mêmes et les populations alors appelées indigènes.

Et Césaire de citer Ernest Renan, le philosophe et historien français de la fin du XIXe siècle, salué pour être l’auteur de Qu’est-ce qu’une nation ? Celui-ci, rappelle pourtant Césaire, n’hésitait pas à écrire : « Nous aspirons, non pas à l’égalité, mais à la domination. Le pays de race étrangère devra redevenir un pays de serfs, de journaliers agricoles ou de travailleurs industriels. Il ne s’agit pas de supprimer les inégalités parmi les hommes, mais de les amplifier et d’en faire une loi ». C’est pourquoi le poète antillais souligne en substance combien la colonisation ne génère pas seulement, de façon consubstantielle, la violence concrète autant que symbolique à l’égard des peuples colonisés, dans la négation de leurs droits individuels et collectifs autant que de leurs cultures, mais s’avère aussi le symptôme et le moteur de l’avilissement des colonisateurs. « Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, dit le poète, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral. »

 

L’historien Benjamin Stora, de longue date, alerte sur le danger d’un éclatement communautaire de mémoires concurrentes. Il ne s’agit pas seulement de mémoires qui s’affronteraient de part et d’autre de la Méditerranée. D’autant que certains, en France même, avaient su alors dépasser le prisme-piège du nationalisme pour préférer défendre des valeurs et se faire porteurs de solidarité. Contre la guerre et pour la paix, d’abord. Pour le droit du peuple algérien à l’indépendance, ensuite. Chacun se souvient des huit morts de Charonne, tués par la police lors d’une manifestation le 8 février 1962, quelques mois à peine après l’assassinat par les policiers de Papon de dizaines, voire de centaines d’Algériens le 17 octobre 1961 à Paris, lors d’une

Le texte est paraphé par Louis Joxe et Belkacem Krim, le vice-président algérien

manifestation pacifique contre le couvre-feu décrété par le préfet de police à leur seule encontre.

Des mémoires et des lectures diverses se recomposent aussi au sein des deux sociétés, algérienne et française. Dans la société algérienne, qui a dû engager un long et rude combat pour obtenir l’indépendance et l’a chèrement payé, mais qui a vu ensuite une partie du FLN s’ériger en parti unique, capter la rente pétrolière, imposer une vision de la société. Dans la société française, où s’affrontent des lectures de l’Histoire. Si l’extrême droite, défaite par la victoire contre Vichy, a cru pouvoir relever la tête à la faveur de la guerre contre l’indépendance algérienne, si une partie des ultras de l’Algérie française se croit aujourd’hui autorisée à revendiquer sa propre vision de l’histoire coloniale, d’autres remettent l’Histoire sur le métier pour y tisser d’autres fils. Ainsi des enfants de Harkis, qui tentent de comprendre comment l’incorporation de leurs pères dans l’armée française durant la Seconde Guerre mondiale a pu leur faire croire qu’ils étaient en train de gagner le droit à l’égalité. Ainsi des enfants d’anciens militaires envoyés en Algérie qui tentent de comprendre cet immense gâchis. Ainsi aussi de ceux qui, rapatriés en France en 1962, retournent aujourd’hui dans l’Algérie indépendante où des décennies de colonisation avaient condamné des peuples à l’inégalité au détriment d’une véritable rencontre qu’il s’agit de construire.

 

Connaître, comprendre l’Histoire ne relèvent pas seulement de la curiosité ou de l’appétit éducatif. Cela relève aussi de la nécessité, pour mieux appréhender la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Quelques cent trente ans de

Le 5 juillet 1962, proclamation de l’indépendance de l’Algérie

colonisation puis de guerre de décolonisation laissent des traces qui, avant que les pages ne se tournent, doivent d’abord être lues et comprises.

Si aujourd’hui les discours sur « l’identité nationale » de la France ou ses « racines chrétiennes » refleurissent, c’est de toute évidence du fait des conséquences du caractère libéral de la mondialisation, et de l’accélération d’un dumping social généralisé, ce qui permet à l’extrême droite, xénophobe et raciste, de désigner l’Autre comme le responsable des maux nationaux. Surtout lorsque l’Autre est d’origine arabe ou de confession musulmane. Mais c’est aussi parce que l’histoire de la colonisation, des guerres coloniales, ou bien l’analyse de l’Empire français et des conséquences de sa défaite au profit des indépendances des peuples, ces questions donc, n’ont pas été travaillées dans la société. Les discours revanchards et racistes peuvent d’autant mieux venir combler cette carence, au détriment des enfants de l’immigration, qui connaissent aujourd’hui les avatars d’une ségrégation et d’une discrimination d’un autre âge. Or, l’éclatement des mémoires au détriment de leur partage et de la connaissance historique contribue tragiquement à l’éclatement communautaire qui érode et sape la citoyenneté, divise celles et ceux qui auraient pourtant intérêt à faire front commun pour un avenir d’égalité des droits et de partage des richesses.

 
C’est bien ce qui est en jeu aujourd’hui. Et c’est sans doute pour cela qu’après des décennies de refoulement, la question de la commémoration ou non du cessez-le-feu du 19 mars 1962 ravive les polémiques. Isabelle Avran

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Pages d'histoire

Kopa, de la mine à la légende

Vendredi 3 mars, fin de partie pour Raymond Kopa ! Une légende du football s’en est allée, premier « Ballon d’or » français en 1958. Une figure emblématique, petite de taille mais grande pour ses prouesses techniques. Un parcours exceptionnel pour ce fils d’immigré polonais, galibot à la fosse N°3 de Nœux-les-Mines, dans le Pas-de-Calais.

 

 

À quatorze ans, certificat d’études en poche, une obsession taraude le petit « Polack » de Nœux-les-Mines, dans le Pas-de-Calais : sera-t-il plombier ou électricien ? Voilà l’avenir professionnel  dont rêve l’adolescent  en tapant dans le ballon rond à proximité des corons.

À l’image de celles de Platini et de Zidane, italienne et algérienne, la trajectoire de la famille Kopaszewski, arrivée en France au lendemain de la première guerre mondiale, illustre à merveille une grande page de l’histoire de l’immigration en notre pays. Le besoin de main d’œuvre est pressant, en 1919 la France et la Pologne signent une convention pour assurer recrutement et transfert des ouvriers polonais, garantir qu’ils seront payés au même salaire (!) que les Français… Le Pas-de-Calais, à lui seul, accueillit un tiers des Polonais (150.000) qui se trouvaient alors en France. D’autres « colonies » polonaises s’installèrent en Lorraine, en Bourgogne et dans la région Centre. Au total, hors les mesures d’expulsion ordonnées dans les années 30 sous couvert de crise économique et kopa1auxquelles le Front Populaire mit fin, on estime qu’environ 700.000 polonais sont arrivés en France entre 1921 et 1938.

Pour le jeune Raymond en tout cas, une obsession, une certitude, un seul objectif : exercer n’importe quel métier mais surtout ne pas se retrouver à la mine, éviter la « descente aux enfers » qu’ont connue le grand-père depuis 1919, le père, le frère… Las, longtemps après, le grand Kopa s’en souvient encore. « À chaque fois que je me présentai à un bureau d’embauche, la même réponse… Identique, terrible : votre nom ? Désolé, il n’y a rien pour vous. Je comprends qu’il n’y a pas d’espoir. Le sort d’un Polonais est à la mine, à la mine seulement ». Durant près de trois ans, le gamin sera galibot à la fosse N°3. Hormis le football qui illumine déjà sa vie, trois années noires : l’eau et la poussière, une chaleur étouffante, la peur de l’accident, la hantise du coup de grisou.  « Pousser des berlines à 612 mètres sous terre, ça vous façonne un homme : le physique et le caractère ! », nous confiait avec humour, lors d’un entretien en juin 2006, celui qui a marqué de son empreinte une décennie de football européen. La future vedette du Real Madrid et du Stade de Reims le prouvera bientôt sur le terrain. À l’entraînement comme en cours de match : apte à l’effort, solide face aux défenses adverses.

 

Ce pays du Nord, dur à la tâche, où il naquit en 1931, Raymond Kopa ne le reniera jamais. Quand d’aucuns savaient sur le bout des doigts leurs leçons, le footballeur en herbe les récitait déjà du bout des crampons ! Égrenant du pied son cours de géographie, déclinant le nom de clubs qui le font alors rêver : Lille, Lens, Roubaix-Tourcoing… Sa plus grosse déception de l’époque ? Qu’aucun club de la région ne manifeste une quelconque attention à son égard alors que son pote, Jean Vincent, exhibe déjà un contrat d’exclusivité avec Lille ! « On a peut-être estimé que j’avais une trop petite taille, ou pas les qualités requises pour une carrière de footballeur ». Avec une pointe de frustration, il rejoint l’équipe d’Angers, alors en seconde division, en revendiquant un statut de semi-professionnel. « Apprendre un métier, trouver un emploi, c’était mon objectif. Le foot, pour moi, ce n’était pas un travail mais un plaisir. Devant l’incapacité des dirigeants angevins à me trouver quelque chose, j’ai signé un kopa3contrat de professionnel. Voilà comment j’ai débuté ma carrière de footballeur ! ».

Et quelle carrière ! Premier « gros » transfert d’un Français à l’étranger, deux fois champion d’Espagne et trois victoires en coupe d’Europe des clubs (la future Ligue des champions, ndlr) avec le Real Madrid, quatre fois champion de France avec le Stade de Reims, sacré meilleur joueur de la Coupe du Monde de 1958 en Suède et premier Ballon d’or français la même année… Loué pour ses dribbles ravageurs dans les surfaces adverses, Kopa a véritablement illuminé le football des années 50. Une idole pour la génération Platini, une référence pour la classe Zidane mesurant le poids des souvenirs qui hantent encore aujourd’hui les vestiaires du mythique stade Santiogo Bernabeu. L’homme des terrains qui a marqué sa vie, selon Raymond Kopa ? Le regretté Albert Batteux, « mon fer de lance, celui qui m’a propulsé et donné confiance. Il ne m’a jamais enfermé dans un système de jeu rigide. Un homme de grande qualité qui m’a encouragé dans mes capacités à dribbler… Toujours garder et porter le ballon dans l’intérêt collectif, savoir créer le surnombre et assurer la dernière passe pour le buteur ».

 

D’autres noms sont gravés dans sa mémoire : Roger Piantoni, Just Fontaine, les artisans de l’épopée de l’équipe de France, troisième du Mondial suédois ! Quarante ans avant le sacre de l’équipe « Black-Blanc-Beur »… Mieux encore, par voie de presse en 1963 la superstar lançait un pavé dans la mare, déclarant que « les joueurs sont des esclaves » et dénonçant les « contrats à vie » de l’époque. En ce temps-là, on ne badine pas avec les argentiers du foot, pas encore business mais déjà grevé par la finance : la sanction ? Six kopa2mois de suspension…Un combat soutenu par l’Union nationale des footballeurs professionnels, l’UNFP, le syndicat des joueurs que dirigeait son pote Just Fontaine et dont il devint le vice-président. En 1969, ils obtiendront gain de cause en décrochant le « contrat à temps ».

A 70 ans, l’ancien galibot de Nœux-les-Mines jouait encore avec les vétérans d’Angers ! Un besoin naturel d’aller fouler le gazon, de taper dans un ballon… Ce qu’il regrettait le plus dans le football moderne ? « La télévision a supplanté le rôle du public d’antan dans la vie des joueurs. C’est elle, désormais, qui est source de recettes pour les clubs ». Il n’empêche, le « Napoléon du football », surnommé ainsi par le journaliste du Daily Express après le France-Espagne de mars 1955, prenait toujours autant de plaisir à regarder un match. Amoureux d’un certain type de joueurs, athlétiques et véloces tout à la fois : une même race de dribbleurs et de buteurs, bien évidemment ! Yonnel Liégeois

« Kopa », par Raymond Kopa (Éditions Jacob Duvernet, 215 p., 19€90).

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Entretiens, rencontres

Crime au féminin : présumée coupable !

Sorcière, empoisonneuse, infanticide, pétroleuse, traîtresse ? Jusqu’au 27/03, en l’Hôtel de Soubise à Paris, les Archives nationales déclinent avec « Présumées coupables » les stéréotypes qui collent aux basques des femmes depuis plus de cinq siècles. À travers plus de 320 procès-verbaux d’interrogatoires, une exposition édifiante !

 

 

Les Archives nationales nous convient à une plongée dans les procès intentés aux femmes au cours des siècles. Sous cloche, de grands registres où s’étalent les procès-verbaux d’interrogatoires, les lettres de rémission dont des fragments sont retranscrits sur écran, tandis que des estampes, des photos ou des extraits de films s’étalent sur les murs. Ainsi, coupable1l’exposition « Présumées coupables » confronte les archives judiciaires aux représentations de la femme dangereuse, suivant différentes séquences.

La première séquence consacrée à la sorcière, la plus conséquente, nous donne un aperçu des dizaines de milliers de procès qui se déroulèrent entre le XVe et le XVIIIe siècle. Parfait bouc émissaire, la sorcière sert alors à expliquer les épidémies, les morts mystérieuses, les violents orages ou la stérilité d’un couple… En suivant la procédure inquisitoire – plainte, interrogatoire, torture, mise à mort –, on mesure la violence inouïe qui se déchaîne alors sur la femme. Au cœur de ces procès, pointe la peur de sa sexualité débridée. Quand elle n’est plus sorcière chevauchant un balai et forniquant avec le diable, elle devient empoisonneuse. Et l’exposition de mettre en avant les figures de Violette Nozière ou de Marie Besnard. La femme n’est plus seulement lubrique, elle se fait sournoise.

Autre stéréotype, décliné dans l’exposition : l’infanticide. Là, on suit la détresse et la solitude de ces femmes qui tuent leurs bébés après avoir été abandonnées par leurs amants ou abusées par leurs proches. Au XVIe et au XVIIe siècle, elles sont condamnées le plus souvent à la peine de mort, et un édit de 1556 oblige les femmes non mariées qui se retrouvent enceintes à déclarer leur grossesse auprès des autorités. Vient ensuite la figure de la pétroleuse, incarnée par les communardes soupçonnées d’avoir incendié Paris. Lors de leurs coupable2procès, comme le souligne l’exposition, « elles sont aussi interrogées – et peut-être plus encore – sur leur moralité, leur famille, leur consommation d’alcool et leurs rapports aux hommes ». La femme se devant d’être exemplaire, on ne lui pardonne rien et on l’humilie en place publique à l’image des tondues à la Libération.

En partant des archives judiciaires, l’exposition « Présumées coupables »  a le mérite de mettre en lumière la persistance des préjugés sexistes qui se déchaînent envers les suspectes. Forcément coupables… Amélie Meffre

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Expos, installations, Pages d'histoire